La femme qui s’est enfuie (2020), de Hong Sang-soo – ★★ –

Le style est toujours là, les thématiques aussi, mais je pense que l’on peut dire qu’il se passe quelque chose de singulier dans les derniers films de Hong Sang-soo. La femme qui s’est enfuie, son dernier en date, le confirme. Renouvellement, ajustement, ou simple épuration ?

Epuration certes, car le film se contente de suivre les vacances de Gam-hee (Kim Min-hee) qui rend visite tour à tour à d’anciennes amies, sans qu’aucun rapport ne soit ostensiblement révélé entre ces personnes et ses visites, si ce n’est la présence de la protagoniste. Chose peu habituelle mais que l’on commençait à percevoir à percevoir depuis quelques films, le personnage principal (surtout depuis que celui-ci est interprété bien souvent par Kim Min-hee) ne semble pas réellement au coeur des enjeux du récit. Personnage errant bien sûr, mais qui se pose surtout en observatrice. On pense surtout à Grass dans cette manière de passer d’une histoire à une autre où le seul dénominateur commun dans la narration est la présence de cette Kim Min-hee observatrice.

Ajustement, bien sûr, car c’est peut-être le propre du cinéma des répétitions et des variantes de Hong Sang-soo. On pense à Sunhi : cette jeune femme dont la personnalité était tour à tour décrite par trois hommes. Dans La femme… dans la même idée mais d’une manière opposée, c’est Kim Min-hee qui se décrit, ou se raconte plutôt, devant trois autres personnes. On retrouve alors cette particularité propre à Hong Sang-soo qui, grâce à ce modus operandi, opère de subtils changements entre chaque discussion, qui peignent trois différents portraits d’un sujet qu’on sait être le même. Il est assez rare de voir chez Hong Sang-soo un personnage qui se raconte lui-même différemment face à différentes personnes. Il était plus habituel que ce soit justement comme dans Sunhi les uns et autres qui décrivent ce personnages selon différentes subjectivités.


Renouvellement, peut-être pas. Mais pour sûr nous remarquons quelques particularités peu habituelles du cinéma de HSS. Premièrement, cet absence d’enjeu, ou presque, pour le personnage principal. Même si bien sûr, il en reste, on le devine, par ce qu’elle dit de sa vie et sa manière de réagir à celles qu’elle côtoie. Ensuite, cette très grande présence du passé des personnages. Bien sûr, il a toujours été question du passé de ses personnages dans les films du Sud-Coréen, mais elle se cantonnait à une relation amoureuse, rarement plus. Ici, tout le personnage de Gam-hee est tournée vers le passé : elle rend visite à de vieilles amies, ne rencontre qu’une seule nouvelle personne, ne parle que rarement de son présent ou de son avenir à elle, jusqu’à cette fin où elle semble justement s’enfuir, revenir sur ses pas pour revoir le film qu’elle venait tout juste de terminer.
Enfin, chose étonnante – je m’en sui rendu compte perplexe – l’importance de la verticalité dans le film. Les amis de Gam-hee ont constamment quelque chose à avoir le « haut » ou le « bas ». La première, interdisant l’accès au troisième étage à Gam-hee, la seconde révélant qu’un homme pour lequel elle en pince vit juste haut dessus d’elle et rejetant du haut des escaliers un homme un peu trop insistant, enfin le mari de la troisième amie, qui est également un ancien petit ami de Gam-hee et qui participe à un concert littéraire « en bas » du centre artistique. Je ne sais pas vraiment quoi en dire, mais cette irruption de la verticalité m’a permis de prendre conscience à quel point le cinéma de HSS est, que ce soit voulu ou non, horizontal. Il suffit de regarder attentivement sa mise en scène pour s’en rendre compte : le placement des personnages qui étire souvent le cadre dans la largeur, le fait qu’ils n’utilisent pratiquement que le panoramique horizontal, etc. Il serait sans doute intéressant de déceler s’il fut question d’une quelconque verticalité dans ses précédents films. Une belle piste à suivre. Sans doute cela a-t-il quelque rapport avec ces montagnes, omniprésentes dans le film, faisant office de paysages, de discussions, de transitions entre les jours et les lieux. Un leit-motif qui rappelle celui de la tour de Séoul dans Conte de cinéma (2005) et se propose comme le pendant des ritournelles musicales qu’utilisent habituellement le réalisateur.

Mais peu importe les montagnes, car c’est bien à la plage que l’on termine comme d’habitude (même si l’on triche un peu ici). Et bien sûr, rien de mieux pour apprécier ces plages qu’un cinéma.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s