Six femmes pour l’assassin (1964), de Mario Bava – ★★★ –

Il y a des plans comme ça qui me font aimer le cinéma plus que d’autres, plus que tout autre. Celui-ci de Six femmes pour l’assassin en fait partie. Il s’agit d’un détail – le diable se cache dans les détails -, ces rideaux qui se mouvent sûrement par l’aide du vent (on pense à quelque chose de fantastique par le ton du film) et vienne contaminer le premier plan, absorbant l’attention du spectateur.. Mais quel détail ! Je suis un vrai mordu des écrits de Daniel Arasse, dont Le détail (2009) qui me font penser que ce qui fait oeuvre d’art, unicité, ce sont ses détails. On pourrait également penser au punctum de Roland Barthes (La chambre claire, 1980), ce détail qui rend une photographie si particulière aux yeux de son spectateur. Mais ici, je pense plutôt aux théories figurales de Luc Vancheri (Les pensées figurales de l’image, 2011). Car ce que ces rideaux apportent à ce plan, c’est une force presque mystique, une puissance d’image qui dépasse celle de la simple représentation. Ce qu’on appelle un événement esthétique dans toute sa pureté, dominant toute représentation, et dont la puissance d’évocation est sans pareille. Dans le cas de ce plan du film de Mario Bava, c’est un choc que l’on reçoit, proche du sublime, qui stimule l’imagination, les possibles de cet événement devenant presque infini. C’est un palier que peu ont franchi. Déjà Jean Epstein, dès les années vingt, en avait saisi les enjeux et appelait de ses voeux ce qu’il nommait “cinégénie”. Et ces essais ne sont pas restés infructueux. Chez lui, les exemples sont légions mais pour n’en citer qu’un, similaire au nôtre : ces rideaux dans La chut de la maison Usher (1928, figure 1). Mais je trouve peut-être plus de correspondances avec le plan de Six femmes pour l’assassin dans le plan de La féline (Jacques Tourneur, 1942) où l’eau de la piscine se reflètent sur un mur qui devient des plus étranges (figure 2) ou les volets incontrôlables plus récemment dans le Elle de Paul Verhoeven (2016). Mais que serait un billet de ce genre si l’on ne faisait pas mention de la légendaire danse serpentine de Loïs Fuller (figure 3) ?

Figure 3.

4 réflexions sur “Six femmes pour l’assassin (1964), de Mario Bava – ★★★ –

  1. Je ne connais pas ce texte de Daniel Arasse, mais je suis entièrement d’accord avec la thèse sur l’importance du détail dans la singularité d’une œuvre. Un regard, un mouvement, une expression un plan simple peuvent donner à un film son identité, l’estampille de sa valeur.
    J’ai ce Bava en stock. Il faut que je prenne le temps de passer derrière le rideau.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s