Asako I & II (2019), Ryusuke Hamaguchi – ★★★★ –

Asako I & II est un film limpide, dont les couleurs pastels révèlent la douceur et la pudeur d’un film un peu trop pur, à l’instar de son héroïne Asako (Erika Karata). Héroïne réservée, un peu rêveuse, presque lunaire, qui se retrouve bien malheureusement prisonnière du passé, du souvenir de celui qui, pour la première fois a éveillé en elle des sentiments plus forts qu’elle, qui l’ont avalé et la retiennent toujours. Asako a connu son premier amour. Comme tout le monde, certes, mais le sien ne s’est jamais terminé ou, en réalité, n’a pas eu la possibilité de se terminer. Son amant mystérieux s’étant envolé du jour au lendemain, laissant la jeune fille seule, son amour alors culminant. Mais voilà que réapparait plusieurs années après le visage de son bien-aimé, or ce n’est pas lui, mais son doppelgänger, son double, outre que ce dernier est de loin beaucoup plus mesuré et surtout beaucoup moins mystérieux et donc moins envoûtant. Mais peu importe, sans doute plus difficilement que la première fois, Asako finit par aimer celui-ci, et vivre avec lui. Jusqu’au retour du premier amour, forcément.

L’histoire d’Asako I & II n’est pas des plus originales : il s’agit somme toute d’un triangle amoureux, où sous un même physique, deux choix d’amour s’offre à l’héroïne, l’un passionné, incertain, destructeur (à l’image de cette très belle séquence de la chute en moto au début du film)­ qui a à son avantage d’avoir été le premier, et de l’autre une affection tendre, réconfortant, mais peut-être pas assez fougueux. On pourrait pousser soupirs face à une énième romance du genre, mais Ryusuke Hamaguchi touche profondément juste en portraitant ces trois personnages si distincts avec une tendresse et une empathie qui emportent notre adhésion, avant de nous briser le cœur presque fatalement. On accepte, on comprend, on envie, on espère, on aime ces personnages, les suivre des années durant et voir leur quotidien des plus communs s’embraser en drame sentimental discret, intérieur. La tragédie intime de nos voisins et amis.